Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Metal-Actus

Edito: Ces fans qui sont contre tout (part 1)

31 Octobre 2013 , Rédigé par Reunée

Avez-vous remarqué que, dès qu'un groupe rencontre le succès, des fans ne peuvent s'empêcher d'émettre des réflexions du style: "qu'est-ce qu'ils ne feraient pas pour avoir de l'argent" au "ça fait le tapin tout ça" ou encore le très célèbre "depuis tel album, c'est vraiment devenu trop commercial"?

Globalement, on a, en France, deux gros problèmes culturels: le premier et celui d'être contre tout ce qui touche plus que les autres d'argent, autrement dit, le préjugé du "patron forcément voyou". C'est celui qui travaille dur, qui gagne beaucoup en conséquence et qui se fait tacler car cet argent ne représente pas le fruit de son labeur, mais est forcément issue de l'esclavagisme des salariés au Congo ou à des placements financiers parfaitement illégaux. Je ne dis pas que tout les patrons sont des saints y en a qui abusent même franchement), mais on a tendance dans ce pays à diaboliser tout gérant d'une entreprise, ce qui a tendance à devenir assez pénible.

Appliqué au monde merveilleux du Metal, ce problème prend une toute autre forme. Pour beaucoup de fans français, le Metal représente la contradiction, le milieu underground qui fait un doigt d'honneur à toutes les "merdes" qui passent à la télévision. Alors, dès qu'un artiste Metal passe dans un journal, c'est une abérration, dès qu'il passe à la radio, c'est une horreur absolue, mais dès qu'il passe à la télévision, c'est un délit de haute trahison, parce que à la télé, de toutes façons, ils ne nous aiment pas. Sepultura, en 1994, est bien passé à la télévision en 1994 (dans Nulle Part Ailleurs sur Canal+), et pourtant, on n'a pas fait tout un cheesecake parce que c'est "trop commercial quoi"!

Alors oui, dès qu'un groupe du milieu passe dans des médias généralistes, on s'en offusque alors que, paradoxalement, la scène française a réellement besoin d'une couverture médiatique pour pouvoir vivre. Combien de groupes n'ont jamais réussi à décoller, à force de devoir enchaîner les concerts au Klub sans nulle autre perspective?

On pourrait prendre deux exemples à ça. Le premier reste bien sûr Metallica: les américains ont vendu des millions d'albums, osent des projets risqués, comme jouer au bout du monde ou encore créer un film, mais vous aurez toujours des personnes qui diront: "les tocards, ils se font encore du fric sur le dos de leurs fans, aux chiottes Metallica".

Mais si vous n'approuvez pas, pourquoi vous achetez leurs produits?

Le deuxième exemple est le cas Klone: il y a deux mois, le groupe ose lancer une campagne pour récolter les 4000 euros nécessaires à la location d'un bus pour partir en tournée, et se prend dans la face toutes les critiques du monde pour acte de mendicité auprès des fans. Pourtant, les français oublient que c'est leur argent qui finance non seulement les tournées, mais aussi les enregistrements studios, les loyers à payer, ou encore les pâtes dans l'assiette. C'est le même principe que pour n'importe quel magasin: vous êtes clients, vous payez pour un produit ou un service. Si pas de client, le magasin ferme. Et c'est la même chose pour les groupes.

...A suivre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article